Expériences réalisées

  • Nous allons traiter des expériences effectuées sur deux types d’huiles essentiels de même


origine : la feuille d’eucalyptus. En effet nous savons que cette feuille a des propriétés

particulières (insecticide, antiseptique, mucolitytique), et nous voulons en démontrer les effets

antiseptiques mais aussi la différence de propriétés entre les deux types d’huile essentielle

d’eucalyptus qui sont : l’huile essentielle naturelle, que l’on a extrait par nos propres moyens, et

l’huile essentielle de synthèse, que l’on trouve en pharmacie, par exemple.



Obtention de l’huile essentielle d’eucalyptus

  • Tout d’abord, nous avons extrait le distillat des feuilles d’eucalyptus par


l’hydrodistillation. Le matériel utilisé est : un ballon, un chauffe ballon, un réfrigérant à eau,

un thermomètre et un bécher.

  • Afin d’obtenir le distillat nous avons acheté des feuilles d’eucalyptus que nous avons mises dans


le ballon avec de l’eau iodée. Nous avons ensuite fait bouillir les feuilles d’eucalyptus pendant un

certains temps (entre une heure et une heure et demie), et avons alors récolté le distillat dans

le bécher.

  • Ensuite, nous avons extrait l’huile essentielle d’eucalyptus de ce distillat par une


décantation. Nous avons mis le distillat dans une ampoule à décanter afin de le mélanger avec du


cylco-hexane. Après avoir attendu que le distillat réagisse au cyclo-hexane, le cyclo-hexane sépare

l’huile essentielle du reste. Il rend le mélange hétérogène en le séparant en deux phases la partie

inferieure et la partie supérieure. L’huile essentielle se trouve dans la partie inférieure du mélange.

Après la décantation on récupère l’huile essentielle d’eucalyptus qui nous servira lors des

expériences sur les boites de pétris qui permettront de vérifier les propriétés antiseptiques de

l’eucalyptus.

Mise en place des boites de pétri

 

  • Nous mettons en place des boites de pétri pour prouver l’effet antiseptique de l’huile


essentielle d’eucalyptus. On prend une boite de pétri stérile dans laquelle on fait couler une gélose nutritive

(mutogenèse). On prend de la levure fraîche de boulanger pour faire une suspension de levure.

On étale du yaourt sur les 9 boites de pétri.

  • Nous avons 5 boites où il n’y a que du yaourt, 2 où il y a aussi du yaourt mais nous les avons


laissé ouvertes 5 minutes à l’air libre afin que des bactéries pénètrent à l’intérieur, et 2 où nous

avons mis du yaourt et de la levure afin que les champignons prolifèrent. On les a laissé alors à l’étuve

une semaine, à 21 degrés celsius.

 

Bilan des boites de pétri après une semaine de prolifération

 

  • Le moisi a proliféré dans toutes les boites de pétri, un peu plus dans celles laissés à l’air libre 5


minutes et particulièrement plus dans celles contenant de la levure.

On ajoute par la suite deux types d’huile essentielle :

* L’huile essentielle d’eucalyptus naturelle, que l’on a fabriqué nous même précédemment.

* L’huile essentielle d’eucalyptus synthétique, c'est-à-dire celui que l’on achète en pharmacie.

  • Dans 2 boites, où il y a juste du yaourt, on met de l’huile essentielle naturelle, dans deux autres on


verse de l’huile essentielle synthétique, dans une à l’air libre on place de l’huile essentielle synthétique

et dans l’autre de l’huile essentielle naturelle, de même pour les boites de pétri contenant de la

levure. On remet alors les boites de pétri à l’étuve.

  • Une semaine après, on constate qu’il y a moins de moisissure dans les boites de pétri. L’huile


essentielle d’eucalyptus a donc agit, et l'huile essentielle synthétique a été encore plus efficace :

 on constate encore moins de moisissure dans les boites de pétri où on l’on en a mis.

 

Chromatographie

  • On procède à une chromatographie pour voir s’il y a une différence chimique entre l’huile


essentielle que nous avons faite nous-même, et celle achetée en pharmacie.

  • On réparti sur une plaque de silice une goutte de chaque huile essentielle. On


plonge ensuite la plaque dans un pot en verre avec un fond d’éluent et recouvert d’un couvercle. Puis on

attend que l’éluent migre lentement le long de la plaque en entraînant les composants

de l’échantillon.

  • Lorsque les conditions opératoires sont connues, elles permettent un contrôle aisé et rapide de


la pureté d’un composé organique. Si l’analyse, réalisée avec divers solvants et différents

adsorbants, révèle la présence d’une seule substance, on peut alors considérer que cet

échantillon est probablement pur. Cependant nous avons obtenu pour l’échantillon d’huile

essentielle naturelle 3 taches situées dans la même zone mais à des milieux différents, alors que

l’huile essentielle synthétique ne possède qu’une seule tache ; elle est donc plus concentrée.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site